L'orgue au sol

L'orgue est installé au sol dans le transpet sud et non pas sur sa tribune.

Les travaux nécessaires à la consolidation du mur de facade ouest où est placé la tribune, demandent un financement important que la mairie n'a pas actuellement.

Il a été décidé de poser l'orgue au sol afin que l'instrument ne puisse pas se dégrader durant un stockage en pièces détachées. Ainsi, les Calmétiens pourront quand même profiter du nouveau grand orgue.  

Orgue sur sa tribune
(simulation)

L'orgue tel qu'il sera sur sa tribune après montage.

Il faut attendre la réalisation de la consolidation du bâtiment (le mur ouest doit être consolidé par des tirants au mur de nef), pour obtenir l'autorisation de mettre l'orgue sur sa tribune.

Le nouvel orgue de Chaumes en Brie, Breil / Lemercier

 

Instrument à l'origine du facteur allemand Franz Breil, sa recontruction pour notre église a été confiée au facteur Thierry Lemercier.

Son projet offre une architecture du buffet qui met en valeur chacun des plans sonores, permet une présence des jeux du pédalier comme d'un clavier à part entière. La construction neuve de la charpente, de la mécanique et du buffet permettra d'avoir un instrument au toucher précis, fidèle à l'articulation de l'interprète. L'harmonie a été confiée au facteur Bernard Hurvy (détails ci-dessous)

Le facteur d'orgue Thierry Lemercier nous a proposé la reconstruction de l'instrument comme on aimerait en voir beaucoup plus souvent de nos jours. En effet, cachée derrière une simplicité et une modestie certaines, une très grande maîtrise de son art apparait.

Déjà constatée sur d'autres instruments, que ce soit à la basilique de Montligeon, aux églises de Ecommoy et Chemeré-le-Roi pour ne citer que les dernières réalisations, il met sa très grande technicité au service de l'instrument bien sur, mais aussi et surtout du musicien. Voici pourquoi notre choix s'est porté sur lui, en plus de l'aspect économique !

 

Il a dessiné l'orgue de Chaumes en Brie selon des lignes très épurées, qui rappelent les lignes architecturales de notre église. Les quelques personnes qui ont déjà pu admirer le buffet, ont eu toute cette même réaction sur la  beauté et l'intégration de l'instrument dans le bâtiment. La structure même de l'instrument est conçue selon le "werkprincip" allemand, c'est-à-dire que chaque partie visible du buffet correspond à un clavier: en haut le grand orgue, en partie centrale basse le positif de dos, et de chaque côté les tourelles du pédalier. Les plafonds travaillés dans les 3 dimensions, donnent un élan incroyable de beauté, et réfléchissent le son de façon très éfficace. Sans forcer l'harmonie, la présence sonore de l'orgue en est renforcée, et "enveloppe" l'auditeur sans l'agresser. On n'écoute pas seulement, on ressent la musique !

 

Afin de pérenniser l'instrument dans le temps, et éviter toutes déformations qui pourraient entrainer des déréglages mécaniques, l'orgue est construit sur une semelle et charpente métallique. Avantage certain par rapport à des structures en bois, plus encombrantes et plus "vivantes" structurellement, l'orgue est en plus totalement autoporteur et indépendant de la structure du bâtiment.

 

Sensible à la restitution musicale de l'interprète, la conception de la mécanique de Thierry Lemercier est entiérement axée vers une légereté et une très grande précision du toucher. Les vergettes (pièces mécaniques de transmissions entre les touches du clavier et les soupapes) sont réalisées en fibre de carbone, matériaux extrêmement léger, et insensible aux variations hygrométrique et de température. Les soupapes ont été refaites selon 2 principes: à double décollement pour le positif, et à 2 soupapes pour le grand orgue. La console est conçue pour faciliter l'utilisation de l'organiste, les registres sont visibles même en jouant, répartis selon des ensembles logiques pour faciliter la registration. Cette distribution entraine de très grandes complications dans le tirage de jeux mécanique, mais facilement résolues grâce à une conception métallique peu encombrante, montée sur rotules et roulement à billes.

Dernier point, et loin des moindres car l'orgue est un instrument à vent, l'alimentation en plein vent a été totalement reconçue. Son principe permet à l'orgue d'avoir une dynamique de vent de plus en plus importante plus l'organiste sollicite les grands plenums.

 

L'harmonie a été réalisée par le facteur Bernard Hurvy.

De Janvier à Mars 2016 il a prix chaque tuyaux, l'un après l'autre, n'oublions pas qu'il y en a presque 2000, pour les faire sonner de la façon la plus subtile et sublime qu'il soit. Travail de minutie, de patience, de concentration auditive extrême, son oreille guide ses doigts.

La matière réagit, mais avec patience et savoir faire il la dompte et l'amène exactement où il veut. Le résultat: des flûtes subtiles, des fonds amples, généreux, qui chantent, un ensemble sonore magique. La composition des jeux permet une multitude de palettes sonores, qui nous transportent dans des univers très différents. Malgré cela, l'ensemble est totalement cohérent, et reste fidèle à l'origine allemande de l'instrument.

L'esthétique néo classique de l'orgue de Chaumes en Brie va être parfaite dans le répertoire des maîtres nordiques et allemands: Sweelinck, Böhm, Buxtehude, Lubeck et bien entendu Bach.

Ces grandes pages ont trouvés un instrument digne de les restituer, dans le centre de la Brie!

 

Vous l'aurez compris, l'orgue de Chaumes va donner du bonheur, que ce soit aux musiciens ou aux auditeurs !

 

Remercions également Alain Boulais qui a réalisé les très belles porcelaines du tirage de jeux, et plusieurs interventions pour l'installation de l'orgue, et Gilbert qui a construit les nouveaux claviers.

La structure neuve de l'orgue de Chaumes en Brie:

un concentré de savoir-faire du facteur d'orgue Thierry Lemercier